Comment fixer tes tarifs en freelance ?

par | 13 Nov 2019 | Entrepreuneuriat | 1 commentaire

Quand on se lance c’est parfois difficile de définir les prix de ses prestations. Je suis passée par là, alors aujourd’hui, je te révèle comment j’ai fixé mes tarifs en freelance.

Calcule le montant de ton taux journalier moyen (TJM)

Quel que soit la méthode que tu choisis pour définir tes tarifs : à l’heure, à la journée, au forfait… il va falloir que tu te bases sur quelque chose. Et ce quelque chose c’est ton taux journalier moyen, c’est-à-dire le tarif d’une de tes journées de travail.

 

DÉFINIS TON SALAIRE IDÉAL 💰

Pour commencer, il va falloir que tu définisses le salaire que tu souhaites te dégager chaque mois.

Cela tient compte du minimum dont tu as besoin pour vivre (payer ton loyer, t’assurer, manger, sortir…). Il va donc falloir que tu listes tes charges fixes personnelles, n’hésite pas à prendre ton dernier relevé bancaire pour ne rien oublier.

Et étant donné qu’on est là pour vivre, et pas pour survivre 😉, il va falloir augmenter un peu ton revenu minimum. Tu vas donc ajouter à cette somme ce dont tu as besoin pour vivre mieux (mettre de l’argent de côté, investir dans des formations, partir en vacances…).

Une fois que tu as tout listé, multiplie ce montant par 12. Tu obtiens ainsi ton revenu minimum sur l’année !

 

LISTE TES DÉPENSES PROFESSIONNELLES  💸

Tes dépenses professionnelles ce sont celles qui sont liées à ton entreprise. Il va donc falloir que tu tiennes comptes de tes dépenses fixes et de tes dépenses variables. Parmi les dépenses fixes mensuelles on retrouve souvent : l’achat de tes produits ou de tes matières premières suivant ton activité, tes abonnements (Internet, téléphone, logiciels, coworking…), tes frais bancaires, un amortissement matériel… et parmi les dépenses variables on retrouve tes frais de déplacement, ton budget marketing, les frais liés à l’utilisation d’une plateforme de paiement en ligne, l’achat de fournitures diverses…

Pense aussi à ajouter les dépenses que tu paies en une fois telles que l’hébergement de ton site Internet ou certains abonnements auxquels tu n’aurais pas pensé.

Rapporte ensuite ces dépenses à l’année.

 

AJOUTE TES IMPÔTS ET TES COTISATIONS  📌

En théorie, tu as devant toi : ton revenu annuel idéal + tes dépenses professionnelles annuelles. Il va maintenant falloir qu’on ajoute tes cotisations et tes impôts de façon à savoir quel chiffre d’affaires tu dois réaliser annuellement. C’est une étape essentielle pour fixer ton tarif journalier.

Pour le calcul de tes cotisations, si tu es micro-entrepreneur, tiens compte du taux normal que tu dois verser. Ne fais pas cas exonérations dont tu peux bénéficier les premières années grâce à l’ACCRE. Cette aide n’a pas pour but de t’inciter à fixer des prix bas ; elle est là pour te soutenir au lancement de ton entreprise. Alors, aussi généreuse que tu sois, ne répercute pas cette baisse de cotisations sur les tarifs que tu proposes à tes clients. Utilise cette économie pour faire grandir ton entreprise ! 🌱

Tes impôts et tes cotisations représentent un pourcentage de ton chiffre d’affaires. Mais le chiffre d’affaires que tu dois réellement réaliser tient compte de ces cotisations. Ainsi, en admettant que tu aies défini un CA idéal de 30000€, et que tu aies 25% de cotisations, tu vas devoir réaliser un CA de 37500€. Ce montant représente donc ton objectif annuel minimum.

 

RAPPORTE ÇA À TON TEMPS DE TRAVAIL  🗓

Pour définir tes tarifs, il va ensuite falloir que tu estimes le nombre de jour que tu vas travailler dans une année. Il y a 365 jours par an et 252 sont ouvrés en moyenne.

Mais tu vas aussi prendre des vacances, déduis donc le nombre de jours où tu ne comptes pas travailler (si tu prends 4 semaines, enlève 20 jours, si tu en prends 6, déduis 30 jours). Pense aussi aux jours où tu ne seras pas en forme (disons entre 5 et 8 par an). Il y aura aussi des périodes creuses (entre 25 et 35 jours par an) au cours de l’année. Enfin, n’oublie pas de déduire le temps « non facturé » : lorsque tu travailles sur ta boîte, que tu gères la relation avec tes clients, la partie administrative de ton entreprise…

Suite à ça tu verras combien de jour tu vas effectivement travailler dans l’année. Il va maintenant falloir que tu divises le chiffre d’affaires que tu dois réaliser annuellement par ce nombre de jours. C’est ainsi que tu obtiendras ton tarif journalier ! Par exemple, si tu dois réaliser 37500€ de chiffre d’affaires annuel et que tu travailles 135 jours par an, ton taux journalier moyen (TJM) sera de 280,00€.

 

Utiliser ton taux journalier moyen pour définir tes tarifs 

 

LE COMPARER À TON MARCHÉ 📊

Je considère que définir ses tarifs est très personnel : nous avons tous un parcours, des besoins et des aspirations différentes. Ceci dit n’hésite pas à te renseigner sur les prix pratiqués dans ton domaine. Si tu débutes, tu risques d’oublier certaines dépenses alors n’hésite pas à te renseigner auprès d’une personne plus expérimentée (ou incognito sur MALT). L’idée ce n’est pas de te comparer mais de t’informer pour éviter d’avoir à changer tes tarifs 3 mois après ton lancement.

Si le tarif pratiqué dans ton domaine d’activité est de 350€/jour, évite de pratiquer des prix trop bas. Tu auras peut-être moins de refus de devis mais tu risques de déprécier ton marché et ton travail. Sans parler du fait que, tu risques de travailler beaucoup pour pas grand chose, il te sera ensuite difficile de remonter tes tarifs.

 

EN TENIR COMPTE POUR DÉFINIR LE TARIF DE TES PRESTATIONS 🧮

Maintenant que tu as ton tarif journalier de base, tu vas pouvoir l’appliquer au temps passé sur chacune de tes prestations. Si une mission te prend 2 jours, tu vas simplement multiplier ton TJM par 2. Au début ça peut être difficile d’estimer le temps que tu vas passer sur une mission, alors n’hésite pas à tracker ton temps de travail. 

Ensuite libre à toi, de faire évoluer ton TJM selon la durée des missions. Si une tâche ne requiert qu’une demi-journée, peut-être serait-il judicieux de revoir ta base tarifaire à la hausse.

Tu peux aussi définir le tarif de tes prestations au forfait. C’est ce que je fais lorsqu’un devis regroupe plusieurs de mes services. Dans ce cas, je tiens compte du temps passé sur le projet mais aussi de l’ensemble des éléments qui entrent en compte dans cette prestation (outils, compétences, résultats…).

 

LE COMPARER À TON OFFRE 🎁

Tu l’auras compris, il faut que tu tiennes compte de ce que tu proposes. Ne te dévalorise pas ! Si tu as plusieurs années d’expérience et que tu peux te placer comme une experte dans ton domaine ; ne pratique pas des tarifs entrés de gamme. Si tu proposes du sur-mesure, tu ne peux pas non plus t’aligner au standard de ton marché. Et vice-versa, bien sûr.

Réfléchis à la valeur ajoutée que tu offres et accorde à ta prestation la valeur qu’elle mérite. On te dira peut-être que c’est trop cher, mais si tu sais pourquoi tu as fixé ce prix, tu auras tous les arguments pour répondre. Par ailleurs, si tu es à l’aise avec tes tarifs, tu les annonceras de façon confiante et tes interlocuteurs n’auront rien à y répondre.

 

Pour conclure

Je t’ai partagé ma façon de définir mes tarifs en me basant sur ce que j’ai lu lors de mon lancement ainsi que sur mon expérience. Cette méthode me convient et j’espère qu’elle t’aidera à définir le prix de tes prestations. Garde bien en tête que les tarifs que tu pratique doivent être à la hauteur de ce que tu proposes pour entreprendre en toute sérénité.

Laisser un commentaire

treize − dix =